Sur ce portail ...

JE SUIS NIJINSKY


Compagnie de l'Arme Blanche a présenté :
JE SUIS NIJINSKY

  • THÉÂTRE DU TEMPS à Paris (75011)
    > 3 juillet 2012 au 8 juillet 2012

La compagnie de l’Arme Blanche présente une création théâtrale et vidéo, librement inspirée des Carnets du danseur Nijinsky, journal intime d’une entrée dans la folie. Héros picaresque, notre Vaslav accomplit une traversée onirique du paysage. Le corps et la parole se désarticulent. Çà et là des apparitions et des voix raturent le silence. Dans l’espace confiné et solitaire de sa chambre se déploie une « autre scène » : traces de sang dans la neige, lambeaux de costumes défraîchis, ritournelle d’un corps automate, boîte à musique dépecée, kaléidoscope de fragments colorés.


Mise en scène de Marine Mazel / Avec Marie-Émeline Guignot &
Philippe d’Albret / Création vidéo : Carbone Factory / Création sonore :
Yoan Fernandez/ Création accessoires : Bianca Guidoni-Tisserand


Les Carnets autobiographiques de Vaslav Nijinsky ont été notre matière première. Nous avons voulu esquisser le portrait d’un homme au moment de son entrée dans la folie. Notre Vaslav N. se situe quelque part entre la figure raillée de l’idiot (Büchner) et celle d’une folie destructrice redoutée (Shakespeare). Il évoque à la fois l’androgyne, le narcisse et le double.

Le spectacle est traversé de réminiscences des célèbres chorégraphies liées à la figure de Nijinsky, ballets qui ont inauguré la singularité expressive de la danse moderne et contemporaine :

Du Prélude à l’Après-midi d’un faune, nous retenons la rigidité des mains - Le faune au pouce bandé, le faune au corps arc-bouté.

Du Petrouchka, la danse pantelante et désarticulée de la marionnette au corps automate qui hante le petit théâtre de foire Russe, le montreur d’ours et sa créature qui appâte les badauds.

Du Sacre, l’asphyxie d’une course à travers la forêt, où chaque craquement, chaque voix devient le chiffre inquiétant d’un destin, celui d’un corps envahi par « une profusion noire de plaies en formes de V.»

De sa danse frénétique de mort, une incantation de Vie.